PUBLICITE.
Pour la création du site Web de votre entreprise, imprimerie, sérigraphie, peinture de vos bâtiments, confiez votre cummunication à ASCOM. Contact 77 64 83 51 - 94 40 85 66
En travaux !!! Actuellement insdisponible!!!

Lettres ouvertes : Marafa, acte III, scène III

jeudi 24 mai 2012


Du fond de sa cellule, l’ancien ministre d’Etat déroule sereinement sa stratégie politique, à la barbe d’un pouvoir à court de réaction.

Une première lettre pour démystifier et démythifier le président de la République d’une part et, d’autre part, présenter la campagne anti-corruption, en cours, comme une opération d’épuration politique. Une deuxième pour railler le code électoral promulgué par le président de la République et pour se déclarer (quasiment) candidat à la prochaine élection présidentielle.

Et une troisième, adressée au peuple, pour dégager sa responsabilité au sujet des différentes affaires d’acquisition des avions présidentiels. La stratégie Marafa est comme un train sur les rails. Si l’on ajoute à cela, la distribution de tracts (coiffés de la mention Son Excellence) favorables à l’ex ministre d’Etat, à Garoua, Douala et maintenant Yaoundé, dans le quartier bien nommé, Ecole de police, l’on serait tenté d’affirmer qu’en détention préventive, plus qu’au faîte de sa superbe au sein du gouvernement, Marafa Hamidou Yaya parle et fait parler de lui. On frôle le one man show !

Pour un personnage qui refuse de mourir politiquement, mieux qui se sent un destin national, ce n’est nécessairement pas une mauvaise affaire. Sans en rajouter, d’aucuns pensent plus à raison qu’à tort qu’aujourd’hui Marafa est en pointe dans la bataille de l’opinion. D’après des analystes, il ferait, au bas mot, concurrence à Paul Biya en termes d’occupation de l’espace public. En effet, en dehors de la sortie médiatique du chef de la cellule de communication de la présidence de la République, Joseph Le, qui battait notamment en brèche l’idée d’épuration politique accolée à l’Opération épervier, le pouvoir semble groggy face à « l’ouragan Marafa ». Il subit tout au moins cette « déferlante », même si, sur les ondes de certaines radios de proximité et dans les colonnes de certains journaux, quelques boutefeux du Rdpc s’essayent timidement à la repartie.

Ces « actionnettes » des pro-Biya, qui ne s’inscrivent manifestement pas dans une stratégie d’ensemble suffisamment pensée, font, dans une large mesure, l’affaire de Marafa, qui en plus, au plan de la procédure judiciaire marque des points : son transfèrement (avec d’autres prisonniers de luxe) dans une cellule du secrétariat d’Etat à la défense divise dans le sérail. Certains pontes du régime tancent cette démarche qui est en porte-à-faux avec le Code de procédure pénale. « Une telle décision conforterait les tenants de la thèse de l’épuration politique », argumentent-ils.

En imaginant que le pouvoir organisera la « vraie riposte », il est loisible de penser qu’on s’achemine vers une guerre d’usure entre Marafa Hamidou Yaya, qui ne s’arrêtera certainement pas à sa troisième lettre ouverte, et certains artificiers d’un système que l’ancien secrétaire général à la Présidence a l’avantage de bien connaître.

Du reste, Paul Biya, qui aurait très mal perçu l’acquittement partiel de Jean-Marie Atangana Mebara, n’est certainement pas indifférent aux actes de bravade, (certains parlent de bravoure), de son ancien confident. Pourrait-il être tenté d’user de la « violence légitime » (pour reprendre l’expression du sociologue Max Weber) contre son ancien collaborateur ? En tout cas, ses instructions détermineront indubitablement le côté où penchera la balance. Mais la pression change de plus en plus de camp dans cette joute à distance. D’ailleurs, cette saillie signée hier d’un journaliste chevronné à la lecture de la 3e lettre de l’ancien Minatd, « Paul Biya est en train de faire de Marafa le prochain président de la République », est assez évocatrice de l’état actuel de l’opinion depuis le début du show épistolaire de Marafa Hamidou Yaya.

par GEORGES ALAIN BOYOMO ( Mutations)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Marcel Niat/Célestine Ketcha : Ennemis intimes => Le président du Sénat et le maire de Bangangté se vouent une cordiale (...)
Décentralisation : le ministre dans les chantiers de (...) => Georges Elanga Obam a visité les hôtels de ville en construction de Douala V (...)
Lutte contre la corruption : au grand mal, les grands (...) => La volonté politique du président de la République est mise en oeuvre depuis (...)
Fête de fin du Ramadan : à l’heure des derniers (...) => Les préparatifs en prélude à la fête de fin du mois de Ramadan s’intensifient (...)
Lutte contre la corruption : comment la CONAC s’est (...) => La création de la Commission nationale anti-corruption par le président de la (...)
Elecam:l’éternel recommencement => Une nouvelle direction vient d’être nommée, près de deux ans et demi après des (...)
Awards des entreprises et acteurs de la communication : (...) => Le nouveau trophée du prix de l’excellence en communication au Cameroun (...)
Hôpital d’Ebomè-Kribi : deux naissances de triplés (...) => Les six bébés nés le 22 avril dernier se portent bien, mais l’une des mamans (...)
Chantier des jeux universitaires de Maroua : il faut (...) => Le président du comité local d’organisation est descendu sur le terrain mardi (...)
Cameroun-Chine : L’ambassadeur Wei Wenhua fait ses (...) => Arrivé en fin de séjour, le diplomate chinois a été reçu en audience hier par le (...)
SPIP | Copyright © 2008 - 2018 | Powered by Solutions Triangle | Espace Privé | Retrouvez-nous sur Google+ | Suivre la vie du site RSS 2.0